L’ego vient du grec, et signifie MOI.

Je ne suis pas entièrement en accord avec ce terme puisque pour ma part je pense que nous avons tout plein de petits « moi » à l’intérieur de nous, nous somme donc plus un NOUS qu’un MOI .
Et encore, ce n’est pas fini, le MOI est en réalité ce qui est capable de percevoir les différences en nous, c’est le mental… donc il est différent de touts les aspects intérieurs que vous êtes capable de différencier, est ce assez clair ? :$


Autre point qui me dérange un peu, j’entends plein de gens autour de moi qui veulent se défaire de leur égo… cela risque d’être difficile puisque l’égo, le mental, (bref appelez le comme vous le souhaitez!) fait partie de nous, comment se défaire de ce que nous sommes ?


Je préfère voir l’égo comme un enfant, un enfant qui habite à l’intérieur de nous, et du quel on doit prendre soin, mais attention à ne pas vous prendre pour « vous l’adulte responsable et exempt de toute faute qui prend soin du pauvre petit enfant incapable de grandir « , car cet enfant, C’EST une partie de vous ! c’est comme un petit vous, qui englobe toute la souffrance, celui qui a peur d’être abandonné, trahi, non aimé … 

De suite cela permet de changer sa vision des choses, de ne plus vouloir rejeter une partie de soi, on s’accepte alors un peu mieux, et surtout au lieu de rejeter, on donne de l’amour.
L’enfant/l’ego est donc une partie de nous, qui a en permanence un besoin absolu de s’identifier, de grandir, de faire mieux que les autres, de s’éveiller, de juger, et de faire des généralités… entres autres ! et il ne sait pas faire dans la demi mesure, il veut toujours être parfait, si parfait qu’il se met la pression tout seul ! le pauvre !

Cette partie de nous, il ne faut donc pas s’en défaire, mais la rassurer, lui/nous donner de l’amour et de la tendresse. En fait, lorsque l’on veut ne plus être touché par l’égo, c’est juste une étape à passer, pour pouvoir être capable par la suite de lui donner de la compassion. Ce pauvre petit enfant toujours déçu des ses attentes à être parfait … il faut l’/nous aider à ACCEPTER de ne pas être parfait ! Compassion commence toujours avec soi-même. 


J’ai pour ma part, longtemps lutter contre les envies, les attachements, je me battais contre moi même pour lâcher-prise … ah ! ce mot pour lequel j’étais INCAPABLE de lâcher prise !^^
jusqu’a ce que je comprenne enfin, que quelques fois, il faut lâcher, le lâcher-prise !


N’avez vous jamais remarqué que lorsque vous répondez à quelqu’un d’énervé par l’amour et la tendresse, ces deux qualités finissent par le toucher et vibrer à l’intérieur de lui ? c’est pareil avec nous même ! Avec cotre ego !


Lorsque vous vous detester de ne pas arriver à faire quelque chose, STOP, arrêtez vous un instant, et prenez le temps de comprendre ce qui embête tant votre enfant moi, prenez le temps de prendre conscience que VOUS N’ETES PAS ce qui est entrain de vous arriver, vous êtes celui qui est traversé par la colère (par exemple).
À chaque fois que votre enfant-moi va être touché par ce qu’il se passe à l’extérieur, « les gardiens de la non blessure » vont venir pour dire « tu vois je te l’avais bien dis que « tu ne pouvais pas faire confiance en l’être humain (par ex) », tout cela pour protéger l’enfant-moi d’une future possible déception.


Si dans votre vie d’adulte vous avez des blessures profondes, et que vous ne comprenez pas d’où elles viennent … il est fort probables que celles ci viennent d’un moment T ou votre enfant-moi a été touché durement, et ou les « gardiens de la non blessure » sont intervenus pour que vous ne reviviez plus jamais une telle douleur et que vous oubliez totalement ce qui a pu se passer, HOP! on enfouit et on oublie ! sauf que … les corps énergétique et physique n’oublient pas, eux ! il y a donc aussi le paramètre des vies antérieures qui entre en jeu ! 


Solution: quand vous vous sentez blessez, trahie, ou non aimé, mettez vous à la place de l’autre personne, pourquoi réagis t’elle ainsi , quelle douleur peut elle ressentir pour agir de la sorte avec vous ?


« Il n’est pas d’Amour sans compassion, il n’est pas de compassion sans compréhension. Il n’y a jamais eu de compréhension sans l’expérimentation de la souffrance de l’autre »


sublime vidéo de eckart tolle : https://www.youtube.com/watch?v=_ACj8KXYW4Y