« ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort, qu’ils ont raison ».

Je crois que c’est l’une des phrases les plus importantes lorsque l’on s’engage dans un changement personnel, chemin que l’on pense être le bon, chemin qui aux yeux de (quasi) tous, passe pour l’engagement dans un secte, de la folie pure, ou de la bêtise… (de l’incompréhension vient la haine et le mépris)

En même temps, l’être humain n’a pas envie de voir, il n’a pas non plus envie d’entendre, il est bien LÀ, à faire l’autruche, parmi les autres autruches…sauf que enfouir sa tête dans le sol n’empêche pas le temps de passer, ni le monde de tourner.
Mais… c’est comfortable d’être une autruche, car on fait alors partie d’une majorité …
Et pour ceux qui se posent un peu trop de questions, ceux pour qui le stress commence à prendre trop de place car ils n’arrivent plus à mettre la tête dans le sol, et bien il y a lexomil ou prozac, de petites pilules qui aident à ne pas ou plus être gênés par la réalité, qui aident à devenir, ou à rester autruche …

Je me suis longtemps rebellé, comme je le disais dans mon ancien article, j’ai voulu convaincre, démontrer … Malheureusement (ou heureusement), on ne peut pas faire changer quelqu’un qui n’a pas envie de changer. Beaucoup se complaisent dans leur dépression et leur mal-être, parce que lorsque l’on est bien, on passe pour quelqu’un d’imbus de sa personne, qui a trop confiance en lui … alors qu’en vérité, nous sommes juste des êtres qui nous respectons et qui (nous) aimons.

La vérité c’est que tout le monde vit dans la peur, (enfin tout le monde… un peu moins maintenant, le monde commence tout juste à se réveiller…)
Tout le monde est résigné, même les plus aventureux, se rangeront du côté de ceux qui disent que l’on « ne peut pas changer le monde »…
Dès l’école, on insuffle la peur pour que nul soit tenté de commettre un acte de bravoure.
La peur … maladie qui touche chacun de nous, mais dont les possibilités de réactions sont multiples. Comme toujours on a alors le choix, devenir un peureux, ou passer au dessus et se dire que la peur n’évite pas le danger…
Car pour être totalement franc avec vous-même, une seule fois dans votre vie, votre peur et vos angoisses ont elles changé la donne ?

Si vous deviez mourir demain, auriez vous accompli tout ce que vous aviez envie de faire ? ou seriez vous du genre à avoir tout pleins de regrets ?
Sans pour autant agir sans réflexion (et encore que …) je pense qu’il faut toujours vivre comme si c’était le dernier jour, histoire de voir si l’on est bien en accord avec soi-même, et avec nos rêves …

Je passerai peut être donc pour une mégalomane, ou quelqu’un imbus de sa personne mais mes chers amis de chemin spirituel, j’ai bien l’intention de changer le monde… j’ai commencé par moi même et je serai ravie que vous me rejoigniez… alors si cela vous dit, on fait tout ça ensemble, on choisit de faire ce que l’on veut, d’être qui l’on est …sans plus jamais avoir peur du « qu’en dira t’on » ?
et surtout on choisi de dire NON à ce qui ne nous correspond plus…
Un travail où le boss vous traite comme un moins que rien, un couple ou votre conjoint ne vous respecte pas, une situation qui ne nous apporte plus rien … on dit NON!
Plus de peur d’être seul, plus de peur de ne plus avoir d’argent, plus de peur de perdre ce que l’on a …
Pour être heureux, il est vrai qu’il faut savoir désirer ce que l’on a déjà, mais il faut aussi savoir stopper toute chose qui nous rend malheureux, lorsque l’on a déjà tout donner pour améliorer la situation.

Quand on sait dire adieu, la vie nous récompense avec un nouveau bonjour.