Alors que j’étais dans un jardin de plantes magnifiques à Singapour, je sens une rose (que mon mari m’avait dit de sentir), puis j’entends, « Et moi, et moi! », sur le coup je ne relève pas, puis j’entends pleurer, à gros sanglots.

Je m’arrête, prends le temps de regarder autour, et là je vois un tout petit bouton de rose, pas plus joli que cela, en tout cas, pas magnifique comparé à ses semblables, il n’avait pas non plus une couleur extraordinaire, bref, il était « banal ».
Je le regarde, et le ré entends pleurer, le pauvre ne comprenait pas pourquoi personne ne voulait le sentir. Il était si petit que personne ne lui prêtait attention.

J’ai donc approché mon nez, c’est alors que j’ai découverts un parfum que je n’avais jamais senti auparavant, pas un simple parfum de rose, mais une douceur incroyable mélangée une force magique, son odeur était pétillante, douce, rassurante, pleine d’émerveillement… tout en même temps !

J’ai eu les larmes aux yeux de me dire que si il n’avait pas appelé, je n’aurais peut être jamais eu la chance de le rencontrer.
Ce petit bouton de rose m’a donné une jolie leçon de vie, celle de me dire que les plus belles apparences ne renferment pas les plus beaux secrets.
Et que lorsque la vie vous appelle, il faut prendre le temps de savoir ce dont elle veut vous parler, ce sont souvent des choses, bien plus importantes qu’une « simple » odeur de rose.

La sagesse est de savoir prendre chaque individu que tu rencontres, comme un professeur.

En photo: le fameux petit bouton.