Je rappelle que Dieu n’est « que » Amour à mes yeux, pas une personne qui dirige la vie de tous.

« Il n’est personne de plus étranger à l’homme que lui-même. S’il veut connaître cet étranger, qu’il rentre dans son cabinet de travail, et ferme la porte. Il y trouvera son plus dangereux ennemi et y apprendra à le maîtriser. Il y trouvera aussi son véritable moi, son ami le plus fidèle, son maître le plus sage, son conseiller le plus sûr… encore lui-même. C’est l’autel où brûle la flamme éternelle de Dieu, la source de toute bonté, de toute force, de toute puissance. Il saura que Dieu réside au plus profond du silence. C’est là aussi au fond de soi que réside le saint-des-saints, où tout désir de l’homme existe dans la pensée de Dieu et se confond donc avec un désir de Dieu. On y sent, on y connaît l’intimité des relations entre Dieu et l’homme, entre le père et le fils, entre l’esprit et le corps. Et l’on y voit que la dualité apparente n’existe que dans la vie humaine, car en réalité, il n’y a qu’unité. »

Extrait du miroir de Cassandre, Bernard Werber.