Sous l’initiative de Claudia qui est coach pour entrepreneurs, (lien de sa page : ICI et son site ICI )

Je vais vous raconter mon histoire, de façon courte et concise. Le plus possible en tout cas. Il s’agit quand même des 10 dernières années de ma vie. J’avais fait une video à ce sujet, mais je pense qu’il est quelques fois bon de reparler de certains points clef !

Pourquoi je fais cela ? Pour que vous puissiez comprendre que si vous le souhaitez, tout est possible. Vraiment TOUT.

En 2009, je sors de l’école d’architecture, j’ai un bac+3 en poche, j’ai fait mon école en alternance, donc, je n’ai pas eu besoin de faire un bac+5.

Sortie de l’école, je vois tout le monde se ruer vers des jobs plus ou moins ragoûtants, et étant donné que nous sortions tout juste de l’école, les professionnels du milieu nous « remettaient » à notre place en nous disant que l’on ne devait pas espérer un salaire mirobolant.

Je bosse donc, en attendant, dans une boutique de deco et construction écolo, un passage de ma vie super intéressant, qui m’aidera beaucoup par la suite. J’aurais appris la bas de ne jamais juger l’autre de part ce que JE pense être juste et bon. (Mon boss m’avait engueulé, me disant « pourquoi tu veux lui vendre le moins cher, alors qu’il cherche de la qualité?  ce n’est pas parce que TOI tu choisirais le moins cher de part tes moyens, que c’est forcément ce que l’autre cherche ». Une belle leçon de vie qui me permet aujourd’hui de faire attention à NE JAMAIS penser à la place de l’autre !)

La boite coule, je commence de mon coté à faire des crises d’angoisses phénoménales à cause d’une montée de kundalini fulgurante (suite à un soin de kinésiologie).

Fin 2009, je choisis de partir en Australie, pays qui m’a toujours fait rêver. J’envoie tout valser et je m’écoute moi. Premier gros pas.

Je lache donc copain, appart, famille et amis, et prends un billet aller pour Sydney. Je me souviendrais toute ma vie de ce premier jour à l’autre bout du monde. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps, me demandant quelle connerie je venais de faire. J’étais seule au monde, avec mes crises d’angoisse.

Deux mois plus tard, j’étais bilingue.

Six mois plus tard, je rentrais en France, riche d’une belle expérience pro de merchandiseur sur Sydney, et des images plein la tête!

À la base, je suis de Bordeaux. Mais, ayant rencontré un amoureux parisien en Australie, je me retrouve à Panam, écumant des petits jobs pour survivre. Des jobs dans la vente, la vente de chaussures pour être précise et .. aux galeries Lafayette. Tout ce qui n’est pas moi ! Mais, ce passage là m’aura aussi énormément appris sur l’humain, et pas forcément ses bons cotés. Je descends doucement de mon nuage « tout le monde il est beau, il est gentil ».

En 2011, je pars un mois au Cambodge et en Thailande pour des vacances. Avant de partir, je décide qu’à mon retour, je créerai ma boite d’architecture: j’en ai marre de ne pas faire ce que j’aime.

Le premier pas commence toujours par « j’ai décidé de… »

Septembre 2011, pour mes 24 ans, je crée ma boite de façon officielle. TOUT le monde me dit « t’es courageuse MAIS… il y a peu de chance que cela fonctionne…tu es jeune, ça va être dur…les autres ont plus d’expérience que toi… j’espère que tu y arriveras… moi à ta place, je n’aurais pas le courage… » : Que du super positif ! Sauf deux personnes.

Mon frère et un ami avocat que j’avais rencontré sur Paris.

Mon ami m’a aidé à monter ma boite, gratuitement. À l’époque, je n’aurais jamais eu les moyens de le rémunérer, alors, aujourd’hui, je remercie la vie de l’avoir mis sur mon chemin ! Je m’étais laissé 6 mois pour que ma structure fonctionne, et je m’étais dit, qu’au pire, je deviendrais caissière à carrefour, mais je ne pouvais pas, ne pas essayer. J’avais le droit au chômage, je ne prenais pas vraiment de risques. Quatre mois plus tard, je me versais mon premier salaire.

En 2014, projet un peu fou, avec mon ex mari, on décide de partir en Asie, pour faire de la pâtisserie. TOUT le monde est « contre » nous. Les gens projettent leurs peurs et leurs angoisses sur nous, en nous disant « mais, vous allez fermer 2 sociétés qui fonctionnent, pour aller faire de la pâtisserie… au Cambodge » ?

oui ! c’est bien ça ! Suivre mon coeur, Toujours. À l’époque, j’aimais faire des cupcakes et des macarons !

Avril 2014, j’arrive au Cambodge, ça pue, il fait chaud, j’ai ramené mes 3 chats français avec moi, le voyage a été horrible, mais, j’y suis ! J’ai eu le courage de faire cela !

Le Cambodge était un choix par dépit, je voulais la Thailande mais n’avais pas les moyens nécessaires de m’y installer.

En à peine 2 semaines, je comprends vite que faire des macarons par 41 degrés et 90% de taux d’humidité, ce n’est pas l’idéal. Les fans de pâtisserie comprendront !

On me propose de faire un hôtel, j’accepte. Je retombe dans l’architecture, cela me convient, j’adore ça sauf que … architecture et normes cambodgiennes ne vont pas de pair. Je passe plusieurs mois à essayer d’établir des normes françaises de construction, cela ne fonctionne pas.

Mes crises d’angoisses recommencent de plus belle, aller au travail le matin devient un supplice.

En parallèle, je soigne des amis et de la famille avec le magnétisme que j’ai toujours eu.

Fin 2014, je commence ma chaine Youtube, en me disant que si mes réflexions et pensées peuvent aider ne serait ce qu’une personne, ça vaut le coup et là … tout démarre très vite !

Mai 2015, je n’ai que 2/3 soins par semaine en plus de mon taf d’archi. Tout comme je m’étais lancée pour ma première boite, je me dis que je me laisse 6 mois et que si au bout de 6 mois ça ne fonctionne pas, je reviendrais à mon ancien job. Je lâche totalement mon job de chef de chantier, fin mai.

Fin juin 2015, je suis bookée sur 6 mois. Même moi je n’y crois pas! Comme si la vie me remerciais d’avoir eu le courage de quitter ce qui ne me convenait plus.

Février 2018, j’ai enfin, grâce à mon père et mes grands-parents, l’opportunité de bouger en Thailande.

Mars 2018, je rencontre Mathieu. Une révélation, je suis incapable d’ignorer cette rencontre. Cela ajouté au fait que mon couple battait de l’aile depuis un moment… je décide de divorcer.

Avril 2018, Mathieu vient vivre en Thailande, lui aussi fait un grand saut dans l’inconnu !

Mai 2018, nous lançons les soins à 2 thérapeutes, nos deux énergies cumulées sont comme une explosions d’amour, on a des résultats incroyables (cf les retours de soin sur ma page FB « johanna soin énergétiques » et sur sa page « MathieuM »). En parallèle, je décide d’arrêter mes soins seule et de ne prendre plus que les urgences. (Les urgences, c’est « juste » que la personne prend conscience qu’on ne prend pas un soin comme on achète du pain, le fait de mettre un montant supérieur permet à la personne de ne pas prendre cela à la légère et souvent, implique un réel investissement dans les exercices post soin ! )

J’en ai assez de nourrir les egos en produisant de longs comptes rendu. Je veux des personnes qui ont vraiment envie d’aller mieux, pas juste des personnes qui peuvent se payer un soin chaque mois !  Je ne sais pas de quoi je vais vivre car mes soins étaient ma source principale de revenus, mais j’ai foi.

Plus je m’écoute, plus je sens que je suis en accord avec moi-m’aime, et plus je sens que mon énergie devient très puissante.

J’ai des résultats de plus en plus fous lors des soins !

En fait, d’après moi, il n’y a pas de maladies incurables, il n’y a que des patients incurables ! J’ai réussi à soigner des cancers (en association avec la médecine allopathique) que les médecins diagnostiquaient en phase terminale, des fractures du doigt, de l’endométriose, des fibromyalgies, des spondylarthrite ankylosante, le tout, à distance !… Toutefois, les soins ne fonctionnent pas systématiquement sur toutes les personnes, et parfois certaines d’entre elles qui me consultent pour un simple mal de dos, je ne peux tout simplement pas les soulager ! Tout dépend vraiment du patient, de son envie d’aller mieux, et de sa croyance en ma capacité de pouvoir le faire (et en sa capacité/volonté d’aller mieux !).

Plus je lâche ce qui ne me convient pas, plus je me rempli de ce qui me convient, et plus je me sens « moi ». Lisez cette phrase plusieurs fois, elle est importante !

Plus je lutte contre ce qui est, plus c’est moi qui hais.

Je choisis de me remplir de ce qui me mets en joie, et cela s’en ressens. Aussi bien dans ma vie quotidienne, qu’au niveau physique !…

Là, bien plus récemment, je décide de créer l’école dont j’ai toujours rêvé, j’en parle depuis 2014, cette fois, ça y est, je le fais. (cf ma video Youtube, sur ma chaine « Johanna Awakening » ).

J’en suis encore aux balbutiements, je récoltes les fonds. Je vais profiter d’avoir été architecte pour la construire moi même, dans la campagne de Bangkok.

Mon but c’est de permettre aux futurs élèves d’être pleinement heureux, responsables et actifs pour leur bonheur. Leur enseigner qu’être heureux c’est un état d’esprit et que personne ne peut le faire à notre place. Dans notre monde actuel, on a des gens riches, qui ont fait 15 ans d’études… certes, du point de vue de la société ils ont « réussi dans la vie »Moi, ce que je veux apprendre aux enfants, et aux futurs adultes, ce n’est pas réussir DANS la vie, mais réussir LEUR vie !

Mon école aura 2 pôles. Un pour les enfants et un pour les adultes dans lequel je ferai des séminaires,  des stages et des retraites. Et sinon… Je viens en Mai et Juin en France pour transmettre le peu que je sais sur le bonheur et la présence à soi.

Voila, j’espère avoir fait assez court, autant que se peut. J’espère avoir pu vous donner envie de vous lancer dans ce qui vous rend heureux. La vie est courte. Trop courte pour passer du temps à être malheureux. Vous êtes RESPONSABLES de votre bonheur, personne ne le fera jamais à votre place, à vous de tout mettre en oeuvre et de ne jamais oublier que « si vous n’essayez pas, vous ne saurez jamais » !

Aussi, un dernier conseil qui me permets de FAIRE et de ne jamais attendre demain, je me dis « et si demain était mon dernier jour est ce que je regretterai de … ».

si la réponse est oui, alors, n’attendez pas demain !