Nous avons la liberté … que l’on veut bien se donner !

Pendant des années, j’avais peur de m’engager, parce que s’engager était synonyme de « perdre ma liberté », enfin c’est ce que je pensais. Que ce soit dans les relations de couple, d’amitié, pour le travail, rester dans la même ville trop longtemps… Tout !

Du coup j’ai voyagé, encore et encore, changé de travail encore et encore… Tout ce qui était monotonie, ou train train quotidien me paraissait être un suicide à petit feu. Et ce qui était dingue, c’est que la plupart des gens que je rencontrais me trouvais « courageuse » de partir vivre à l’autre bout du monde, ou de quitter mon travail. Mais à mes yeux, c’était eux les plus courageux, accepter de vivre les mêmes choses, tous les jours que la vie fait, avec les même gens, se lever à la même heure, toujours… Et un jour j’ai compris, compris que ce qui me poussait à tout changer, tout le temps, c’était la peur de ne pas ÊTRE.

De ne pas être VIVANTE.

Maintenant,tout continue à changer, mais plus pour les mêmes raisons. Maintenant je change quand une situation ne correspond plus à ce que je suis. à ce que j’aime. Uniquement. Le chemin que l’on cherche souvent à l’extérieur, en partant vivre loin, en changeant de petit copain, ou en abandonnant sa famille ou ceux qui ne nous facilitent pas la tâche, n’est qu’un leurre. Le vrai chemin, la vraie liberté c’est le refuge que nous avons à l’intérieur de nous, l’acceptation de ce qui est, la douceur que l’on est capable de se donner à soi même. C’est à ce moment que l’on comprend que notre liberté, nous en sommes les seuls responsables, les seuls qui pouvons la créer, les seuls capables de décider où elle s’arrête.

Beaucoup dirons que la liberté n’existe pas vraiment, entre travail, obligations familiales, gouvernements … La vraie liberté s’arrête là où commence celle d’autrui, c’est tout. Tout ce qu’il y a autour, ce ne sont que vos propres projections, de ce que vous vous autorisez ou non.

Un travail que vous voulez quitter? qui vous rend malade ? Oui mais … (ça c’est la phrase de ceux qui se trouvent des excuses)

Oui mais j’ai des enfants, un crédit… oui et ? Vous pouvez chercher un travail en parallèle… il y a Toujours des solutions. Un jour quelqu’un a dit : « Si il y a un problème, il y a une solution. Si il n’y a pas de solutions, c’est qu’il n’y a pas de problème ». Il avait bien raison.

Ayez le courage d’être libre. vous l’êtes déjà en fait. Regardez!