Hier soir, quelqu’un m’a dit « Mon corps est le vêtement de mon âme » j’ai trouvé cela vraiment joli.
Jusqu’a présent je me disais que mon corps n’était que mon véhicule terrestre, mais depuis que j’ai entendu cette phrase je la trouve bien plus logique, et adaptée.
En effet lorsque l’on est bien dans sa tête, en général on met des habits de couleur gaie, des imprimés fleuris… et bien le corps c’est pareil !
si vous prenez soin de ce qu’il y a à l’intérieur, cela va se voir à l’extérieur !
J’ai remarqué quelque chose, avant je mangeais énormément de sucre (en général le sucre c’est la douceur, le manque de tendresse envers soi-même) et bien depuis que je me respecte plus, que j’ai appris à m’aimer, je n’éprouve plus ce besoin de me faire du mal (ce que je pensais auparavant être une « douceur » n’était en fait qu’une petite bombe à retardement pour ma santé).

Autre point super important, le sport !


Bien sûr que j’ai ramé pour m’y remettre, moi qui courrais une fois par semaine pendant 15 minutes, je peux vous dire que de reprendre son corps en main pour de vrai, ça fait très mal au début !
J’ai fais les cours de Lucile Woodward Le Blog, ainsi que Insanity Workout.


Essayez donc si le coeur vous en dit, et tenez moi au courant des changements physiques qui accompagnent vos changement intérieurs.

Dernier point: ce que l’on mange :

La viande (là c’est un sujet ou chacun fait ce qu’il veut!), en ce qui me concerne, plus j’avance sur le chemin du respect et de l’amour, plus je suis incapable de manger un autre être vivant, ce n’est pas que je n’aime pas ça, mais la surconsommation, les conditions dans lesquelles ils sont traités, je ne peux plus l’accepter.
Beaucoup se réfugieront derrière le « on ne peut rien faire », ça c’est la phrase de ceux qui veulent se trouver des excuses. Moi aussi j’aime la viande, mais vraiment, je n’y arrive plus, lorsque je vois une côte de boeuf dans mon assiette, je ressens toute la misère par laquelle il est passée, alors qu’il aurait pu rester heureux dans son pré.
Du coup j’ai quasiment arrêté la viande, et je suis entrain de travailler l’arrêt du poisson aussi.
C’est un choix personnel, auquel personne n’est obligé d’adhérer.

Mais je trouve que lorsque l’on prend conscience que l’on est tous reliés, que l’on est tous là pour apprendre , grandir et évoluer, comment peut on manger son co-créateur ?

Bien sûr cela prend du temps, je ne suis pas de ceux pour qui le « tu stoppes tout d’un coup » marche bien, au contraire, la frustration et l’envie reprennent vite le dessus. Par contre, faire d’un idée un acte, et d’un acte une habitude, c’est un peu plus simple, et ça évite une pression inutile à l’enfant moi !

Et vous? que faites vous pour dire à votre corps que vous l’aimez ?